Les épreuves de la vie

Les épreuves de la vie

” “Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort”. C’était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n’endurcit pas . Elle use. Fragilise. Affaiblit. L’âme humaine n’est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C’est une membrane sensible, vibrante, délicate. En cas de choc, elle reste meurtrie, marquée, hantée. ” Jean Christophe Grangé, le passager.

Les épreuves de vies sont inéluctables, la vie est faite d’épreuves et oui, ces épreuves, lorsqu’elles sont traversées avec succès, contribuent à nous renforcer. Celui qui contacte son ombre, qui va rencontrer le fond de l’abîme, quand il en ressortira, sera enrichi de son expérience…Il aura ainsi puisé et découvert des ressources supplémentaires en lui et en dehors de lui.
Mais il sera aussi blessé, meurtri, parfois à jamais…Car parfois les épreuves détruisent, anéantissent. Il y’a ceux qui ne s’en relèvent pas. Il y’a les meurtres psychiques.

Les cicatrices psychiques ne sont parfois jamais guéries, sont parfois prêtes à se rouvrir pendant des décennies. Les cicatrices psychiques les plus profondes vont affleurer l’âme ou la meurtrir…

Un psychiatre italien, cher à mon cœur, de qui j’ai reçu l’enseignement sur les blessures de l’âme, nous disait que l’âme blessée, se retirait plus profondément en nous, dans un sanctuaire, comme ultime rempart de protection afin de ne pas se perdre…que devient l’homme qui a perdu son âme ? un fou, un psychopathe… que devient son âme ? une âme errante…

Les épreuves SONT. Elles font partie de la vie…Sont-elles une nécessité ? Avons-nous besoin de ces épreuves pour grandir, pour se construire ? peut-être que cela fait partie du chemin nécessaire à l’homme…peut-être, je ne sais pas….
Nous pouvons choisir de les adoucir. Le lien à soi, à l’autre, notre lien d’amour nous permet de les rendre moins douloureuses. Faire en sorte qu’aux épreuves ne s’ajoutent pas l’exclusion et l’isolement.
Nous pouvons accompagner les éprouvés, et nous accompagner.


Si nous croyons -vieille croyance judéo-chrétienne- que ces épreuves sont nécessaires à notre rédemption, qu’elles nous récompenseront du paradis, alors il n’y aura qu’un pas à abandonner l’autre, à s’abandonner soi-même afin d’expier nos fautes au travers de l’épreuve…

Quand nous aurons conscience que les épreuves sont aussi des blessures de l’âme, et que nous sommes aussi sur cette terre pour servir notre essence divine, pour en prendre soin, pour avoir un respect sacré de notre humanité, quand nous aurons conscience que nous sommes nées pour l’amour, alors peut être cette conscience nous permettra de nous engager dans un positionnement de vie différent.

Il est aussi courant de penser que les épreuves de vies sont une bonne chose, qu’elles renforcent la personnalité. Peut-être aussi que cela est moins engageant, nous pouvons ainsi laisser faire…alors qu’être présent auprès de celui qui souffre, c’est aussi engager son empathie, prendre le risque de souffrir, prendre le risque de son impuissance, prendre le risque de vibrer avec, pour l’autre, pour soi. Prendre le risque d’aimer…

Et encore… d’où nous vient cette idée qu’il faut souffrir ? souffrir pour grandir. Nous les femmes avons aussi entendu « il faut souffrir pour être belle » !!!…ou que par exemple, « un thérapeute n’est pas là pour nous aimer, mais pour nous faire avancer » !

C’est « cette culture de l’épreuve » que je questionne…Pour que nos enfants deviennent des adultes matures, responsables, aimants, réalisés, n’ont-ils pas avant tout besoin d’amour? un cadre contenant, structurant, mais aussi une présence bienveillante, du soin, de l’attention, de l’engagement… et quand nous adulte vivons des épreuves, n’avons-nous pas besoin de ces mêmes choses ?

Car nous sommes des êtres sensibles, souffrants, vibrants, aimants…

Alors oui, les épreuves de vies sont inéluctables, et nous pouvons souhaiter qu’elles nous rendent plus forts, mais surtout souhaitons que tout un chacun fasse tout ce qui est en son pouvoir pour les adoucir et les rendre traversables…

Leave a Comment